CONTACT

Fondation Helga Heidrich SOS Animaux
et refuge

Marrakech/Maroc

Mobile: +212(0)633-027943
E-mail: info@fhh-sos-animaux.com

FAIRE UN DON AVEC PAYPAL


COMPTE DE DONS

Commerzbank
IBAN: DE39 250800200561400400
SWIFT: DRESDEFF250

Attijariwafa Bank, Marrakech/Maroc
IBAN: 007 450 0000 00495 300 0121 37
SWIFT: BCMAMAMC

SAUVETAGES

POOR BOY
Je suis né dans les forêts de l’Atlas. Nous étions un groupe heureux jusqu’au jour où des braconniers ont débarqué. Ils ont tué nos mères, et nous avons été transportés, en contrebande, à un endroit nommé Marrakech. Là-bas a commencé notre martyre. Sous la contrainte et violence, nous avons appris à faire des galipettes. Jour pour jour, nous devons gagner de l’argent sur la place des charmeurs de serpents « Djamel el Fnaa » – pour amuser les touristes.

Un jour j’ai reçu d’horribles coups de bâton, mon dos faisait mal et je ne pouvais plus faire mes acrobaties. Le dompteur s’est mis dans une colère noire, m’a donné des coups de pied et m’a mis dans une petite boîte. Cette boîte était désormais mon « chez moi », durant des années. Cependant, j’ai eu de la chance dans mon malheur ! Un monsieur m’a vu et a fait un scandale. J’ai été libéré de ma prison et on m’a conduit dans une clinique vétérinaire.Actuellement, je vis dans un chenil, et un homme gentil me donne à boire et à manger. J’ai aussi un nom désormais : Poor Boy !

Mais j’ai de l’espoir, car j’ai entendu que je dois intégrer le refuge de la Fondation. Malheureusement, mon abri doit d’abord être construit parce qu’il n’y a pas de place libre pour moi. Quel bonheur immense, j’y trouverai de nouveaux copains singes, et j’aurai à boire et à manger tous les jours.

SIMSIM
Le petit oiseau de proie a eu un destin cruel. Des enfants ont pillaient le nid. Grâce à un jeune, deux poussins étaient sauvés. Malheureusement, chaque aide venait trop tard pour son frère, mais Simsim progresse et grandit …

SMOKY
Smoky, une ânesse massacrée, nous a été amenée par un agriculteur qui voulait la faire soigner pour ensuite la réutiliser pour le travail. Il ne voulait pas comprendre que l’animal avait besoin de soins vétérinaires. Nous n’avions donc qu’une solution : acheter Smoky. Un appel aux dons nous a apporté, grâce aux fonds collectés par des amis des animaux, le montant d’achat de 150 € plus les frais vétérinaires de 170 €, et nous avons acheté Smoky.

Mais Smoky, notre pauvre jeune fille, n’en était pas au bout de ses peines. Après la guérison de ses blessures (Smoky s’était aventurée en dehors de la propriété, et a été attaquée par un chien ; non sans peine, nous avons réussi à la séparer de son agresseur et avons soigné les morsures) la malchance continue… Nous avons constaté que Smoky était gestante. Malheureusement, un matin nous avons trouvé son bébé mort-né, avec de nouvelles complications pour Smoky. Notre vétérinaire est venu sur le champ, et Smoky a été sauvée une seconde fois. Après une courte période de traitements, Smoky a enfin récupéré la forme, et nous espérons qu’elle pourra enfin mener une vie heureuse et paisible. C’est tout ce que nous lui souhaitons.

JACK
Durant toutes ces années de protection animale, j’ai vu et vécu beaucoup de choses. Des horreurs mais aussi de belles choses, cependant l’histoire de Jack est incroyable…

Le chien, n’est-il pas un bon ami de nous, les humains ? Un matin, un homme se trouvait devant le portail et disait : « Voici Jack – je n’en veux plus ! », et disparut. Il me manque rarement les mots, mais à la vue de Jack je suis restée bouche bée. Un cadavre vivant – qui a dû être un berger allemand autrefois – m’implorait du regard. Il était entassé dans une caisse à olives, je ne pouvais voir que quelques poils, ses blessures suppurantes, et avant tout ses yeux. J’ai immédiatement libéré une pièce, et lorsque Jack s’était péniblement libéré de sa caisse, il est tombé.11 kg de chien ! Je vous épargne mes commentaires ! Je n’avais encore jamais vu un chien affamé au point de commencer à se ronger lui-même. Horrible !! Je lui ai d’abord donné de l’eau – il a vidé trois gamelles. Ensuite, je lui ai donné des mini portions à manger. Il ne pouvait avaler que le contenu de boîtes car il était trop faible pour mâcher. En quelques secondes, la pièce était remplie d’innombrables tiques. Alors la procédure s’avérait difficile : du fait de ses nombreuses plaies suppurantets, je ne pouvais pas appliquer de traitement anti-tiques. J’ai commencé par couvrir les plaies pour ensuite remédier aux tiques, poux, puces. Au bout de trois jours, les efforts ont commencé à porter leurs fruits. L’odeur pénétrante d’urine s’était également dissipée – puisque les organes commençaient à retravailler correctement. Et après trois semaines de soins intensifs, les premiers résultats : Jack quitte délibérément la pièce et arrive à marcher quelques mètres, et pour la première fois, il montre sa joie en remuant la queue pour attendre ses caresses.

Jack, dans quelques semaines tu seras à nouveau un chien. PARDON pour tous les supplices que les hommes t’ont faits !

APOLLO
Un squelette vivant devait être amené chez le boucher. Il était d’une telle maigreur qu’il ne pouvait plus se lever de ses propres forces. Nous l’avons acheté et nourri. Pendant des mois nous avons dû l’aider à se mettre sur ses jambes tous les jours. Ensuite, un miracle s’est produit : un matin Apollo s’est levé tout seul pour manger. Apollo, surnommé « squelette » auparavant, est désormais en pleine santé et heureux de vivre.

ROCKY
Je suis un chien miraculeux. Mon propriétaire m’avait amené au refuge, enfermé dans un sac plastique. Puisque j’étais paralysé, il ne voulait plus me voir. Helga m’a amené chez le Dr vét. Lamrani qui a passé des radios, et qui m’a fait quelques injections. Ce traitement a duré quelques semaines. Pendant cette période, je ne pouvais marcher qu’avec l’aide d’un chariot, ce que je n’ai pas aimé du tout. J’ai donc fait de gros efforts et subi tous les traitements sans gémir.

Résultat : Au bout de quelques mois je pouvais marcher à nouveau, et aujourd’hui je n’arrête pas de cavaler…

MABROUK
L’histoire de notre âne Mabrouk est particulièrement triste. Un jour, il s’est effondré sur la route et a subi de graves lésions au dos (photo en haut à gauche). Après une longue convalescence (photo à droite) et beaucoup d’amour, il est désormais en mesure de couler de derniers jours heureux au refuge.